Parcours Emploi Compétences - Signature de 2 contrats à Sarzeau et 4 contrats à Muzillac

 
 
Parcours Emploi Compétences - Signature de 2 contrats à Sarzeau et 4 contrats à Muzillac

Signature des contrats parcours emploi compétences à Sarzeau

A partir du 1er janvier 2018, les contrats aidés sont transformés en parcours emploi compétences.

En savoir plus sur le dispositif site du ministère du travail

M. Raymond Le Deun, préfet du Morbihan, s'est rendu ce 13 juin 2018 à Sarzeau et à Muzillac pour la signature respectivement de 2 et 4  contrats Parcours emploi compétences (PEC).

Le préfet a salué l'implication des acteurs du dispositif, notamment des structures et tuteurs qui accueillent et forment les bénéficiaires. La directrice générale des service de la ville de Muzillac et la directrice de la maison de retraite de Muzillac ont souligné les nécessaires motivation et enthousiasme des bénéficiaires pour accéder à une qualification, parfois diplômante.

Les bénéficiaires ont témoigné des changements opérés grâce à ce dispositif et les perspectives qu'elle leur apporte.

Le 5 juin dernier, Mikaël Doré, sous-préfet de Pontivy-Ploërmel, signait avec la commune de Cléguérec un contrat parcours emploi compétences. Et le 13 juin, Pierre Clavreuil, sous-préfet de Lorient signait également un contrat parcours emploi compétences au pôle emploi de Lanester avec l'association Défis (lutte contre la fracture numérique).

schéma PEC-1

Sarzeau : services communaux 2 contrats en entretien des espaces verts

En présence de Mme Launay, 1ère adjointe au maire de Sarzeau, de Mme Seat, directrice générale des services et de M. Sibireil, conseiller référent pôle-emploi.

M. Baud  va passer le permis remorque EB, être formé à la connaissance des végétaux et l’utilisation et l’entretien des engins de tonte.  C’est une belle illustration de la construction du parcours vers un emploi pérenne en passant par les différentes étapes de l’insertion (IAE, Contrat PEC).

M. Le Guennec est bénéficiaire d’une Reconnaissance Travailleur handicapé.  Ce contrat PEC est un renouvellement qui doit lui permettre notamment de perfectionner sa connaissance des végétaux. L’employeur adapte le plan de formation et l’organisation à la situation de M. Le Guennec et identifie une progression dans son parcours. Le PEC dans tous le sens voulu : adaptabilité au profil de la personne, à son parcours et à son besoin d’accompagnement vers le Marché du travail.

Muzillac : Maison de retraite de Muzillac (100 salariés) 4 contrats accompagnement éducatif et social et aide-soignante

En présence de Mme Cabon, adjointe au maire et présidente du conseil d'administration de la maison de retraite de Muzillac et de Mme Abgrall, directrice de l'établissement.

Mme Pennino bénéficie du renouvellement de CAE d’accompagnement médicosocial. Ce PEC lui permettra de développer des compétences telles que savoir analyser le contexte de vie d’une personne, collaborer avec l’ensemble des intervenants, maitriser les gestes d’urgence et de secours, développer le sens de la communication et du travail en équipe. Elle est engagée sur un parcours de formation diplômante DEAES (diplôme d’état d’accompagnant éducatif et social).

Mme Le Brazidec bénéficie d'un renouvellement CAE  d’accompagnement médicosocial et a le projet de travailler dans le service à la personne. Après avoir participé au module « gérontologie » en 2017 elle poursuit en CAE, puis PEC où elle pourra suivre et finaliser sa formation diplômante DEAES (diplôme d’état d’accompagnant éducatif et social).

Mme Le Guilloux  bénéficiait d'un poste d’agent polyvalent des services hospitaliers. Le cadre du PEC lui permettra de renforcer ses compétences en écriture, en informatique, de développer la confiance en soi ainsi que les savoirs faire professionnels, tels que le sens de l’organisation, l'autonomie, la capacité de décision.

Mme Ryo après une période sans activité professionnelle (congés maternité et parental), entre en CDD PEC sur un poste d’agent polyvalent des services hospitaliers à la maison de retraite de Muzillac. Elle va profiter de ce contrat pour acquérir des compétences notamment de culture générale en sanitaire et social (biologie, nutrition et alimentation particulièrement), engager une préparation au concours d'entrée d’aide-soignante.

DSC_8678m

signature des bénéficiaires du parcours emploi formation Sarzeau

DSC_8680m
   
DSC_8688m

Signature 4 contrats à Muzillac Pdte conseil d'administation de la maison de retraite et préfet

DSC_8698m

signature des bénéficiaires Muzillac

 
DSC_8700m

signature des bénéficiaires Muzillac

Qu'est-ce que le parcours emploi formation (PEC) ?

Les personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales ou professionnelles particulières d’accès à l’emploi sont le public ciblé par les parcours emploi compétences (PEC), nouvelle modalité de contrats aidés dans le secteur non marchand impulsant depuis le 1er janvier 2018 une dynamique résolument axée sur l’inclusion dans l’emploi par une expérience professionnelle durable et l’accès à la qualification.

Les personnes les plus éloignées de l’emploi, qu’il s’agisse de chômeurs de longue durée, de travailleurs en situation de handicap ou de résidents de Quartiers Prioritaires de la politique de la Ville, peuvent accéder aux PEC dont la mise en œuvre repose sur un triptyque emploi-formation-accompagnement associant :

  • l’acquisition par la mise en situation professionnelle de compétences transférables,
  • un accès facilité à la formation, et notamment celles financées par le vaste Plan d’Investissement dans les Compétences dans lequel l’Etat investit à hauteur de 200 millions d'euros sur cinq ans, dont 20 millions dès 2018 pour les salariés en insertion,
  • un accompagnement tout au long du parcours tant par l’employeur que par le service public de l’emploi.

Les employeurs, offrant un poste et un environnement de travail propices à un parcours d’insertion dans l’emploi, se voient quant à eux proposer une prise en charge par l’Etat de 35% à 50% du SMICSalaire minimum interprofessionnel de croissance pendant 9 à 24 mois sur une base de 20 heures hebdomadaires ainsi que des exonérations des cotisations patronales.

Quelques chiffres dans le Morbihan au 31/05/2018

  • 234 Contrats signés depuis le 1er janvier 2018
  • 11.4% de contrats prescrits en ZRR depuis janvier 2018 et 6,6% de bénéficiaires résidant en QPV
  • 28,1% de travailleurs en situation de handicap
  • 69,7% de femmes
  • 34,6% de personnes âgées de 50 ans et plus
  • 54,8% de CAE-PEC signés avec des associations, 15,9% avec des collectivités territoriales et 8,8% avec des établissements sanitaires publics.
  • 41,41% des CAE-PEC concerne le secteur santé humaine et action sociale

Fiche pratique réalisée par la DIRECCTE Bretagne

> fiche_pratique_cui-cae_v02-2018-2 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,32 Mb

Pour quels publics ?

Les parcours emploi compétences sont destinés aux publics les plus éloignés du marché du travail. Une attention particulière est accordée à certains publics tels que les travailleurs handicapés ou les résidents des quartiers prioritaires de la ville. Mais l’orientation vers un parcours emploi compétence repose avant tout sur le diagnostic réalisé par le conseiller du service public de l’emploi.

Pour quels employeurs ?

La prescription du parcours emplois compétences se fait en faveur des employeurs du secteur non-marchand sélectionnés en fonction des critères suivants :

  • Le poste doit permettre de développer la maîtrise de comportements professionnels et des compétences techniques qui répondent à des besoins du bassin d’emploi ou transférables à d’autres métiers qui recrutent ;
  • L’employeur doit démontrer une capacité à accompagner au quotidien la personne ;
  • L’employeur doit permettre l’accès à la formation et à l’acquisition de compétences : remise à niveau, pré-qualification, période de professionnalisation, VAEValidation des acquis de l'expérience, acquisition de nouvelles compétences ;
  • Le cas échéant la capacité de l’employeur à pérenniser le poste.

Dans quel cadre contractuel est prescrit le parcours emploi compétences ?

Le parcours emploi compétences est prescrit dans le cadre de CUI-CAE dans le secteur non marchand.

La prescription de contrats dans le secteur marchand CUI-CIE n’est autorisée que dans les départements d’outre-mer (DOM) ou par les conseils départementaux dans le cadre des conventions annuelles d’objectifs et de moyens (CAOM), sous réserve que le coût soit nul pour l’État, et que les conseils départementaux s’engagent à cofinancer à bon niveau les CUI-CAE.

L’objectif de durée d’un parcours est de 12 mois et les conventions initiales ne peuvent être inférieures à 9 mois.

Quelle aide financière pour les employeurs ?

Dans le cadre du parcours emploi compétences, le montant de l’aide accordée aux employeurs, exprimé en pourcentage du Smic brut, pourra être modulé entre 35 % et 60 %, en Bretagne, dans la limite des enveloppes financières. Le taux de prise en charge est fixé par arrêté du préfet de région.

Comment est mis en œuvre le parcours emploi compétences ?

L’orientation en PEC s’appuie sur un diagnostic global de la situation du demandeur d’emploi réalisé par le conseiller du service public de l’emploi.

Le salarié en PEC bénéficie tout au long de son contrat d’un accompagnement de son conseiller référent articulé autour de 3 phases complémentaires :

  • un entretien tripartite : il réunit le référent prescripteur, l’employeur et le futur salarié au moment de la signature de la demande d’aide. Il doit permettre la formalisation des engagements ainsi que la déclinaison des compétences que le poste doit permettre d’acquérir parmi les compétences définies ;
  •  un suivi dématérialisé durant le contrat qui peut prendre la forme d’un livret de suivi dématérialisé ;
  • un entretien de sortie, en cas de besoin, 1 à 3 mois avant la fin du contrat : il doit permettre de maintenir le bénéficiaire dans une posture de recherche active d’emploi, de faire le point sur les compétences acquises, d’évaluer le cas échéant l’opportunité d’un renouvellement de l’aide au regard de l’intérêt pour le bénéficiaire et des actions de formation engagées, de mobiliser des prestations, ou encore d’enclencher une action de formation complémentaire aux compétences acquises pendant le parcours notamment dans le cadre du plan d’investissement compétences.